Les lauréats du concours The Cosmetic Victories 2019 sont connus

Lancé il y a quatre ans par le pôle de compétitivité Cosmetic Valley, le concours international des innovations The Cosmetic Victories a pour objectif de détecter les jeunes pousses innovantes, et de favoriser la recherche dans le domaine des parfums et des cosmétiques. Soutenu par un fonds de dotation mis en place en partenariat avec l’ESSEC, il récompense les porteurs d’un projet innovant en lien avec la filière parfumerie-cosmétique. Deux prix sont attribués pour chaque édition : le Prix académique (projets émanant de jeunes diplômés, doctorants, post-doctorants, chercheurs, scientifiques) et le Prix industriel (projets émanant d’industriels, entrepreneurs, start-ups et PME innovantes).

La cérémonie de remise des prix de la 4e édition des Cosmetic Victories était placée, cette année, sous le haut patronage de Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances. Plus d’une centaine d’invités étaient présents le jeudi 6 juin 2019 dans le prestigieux salon Michel Debré de l’Hôtel des Ministres au sein du Ministère de l’économie et des finances, en présence de Madame Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Économie et des Finances, qui a annoncé les noms des lauréats.

Le Prix Académique 2019 (recherche fondamentale) a été décerné à madame Kie Nakashima, de l’Université d’Osaka au Japon, pour le projet de nouvelle génération d’anti-transpirant (par hypnose des glandes de sudation). « Les antisudorifiques classiques du type plug perdent leurs effets en éliminant facilement les pores de la sueur par la sueur elle-même. Par conséquent, les anti-transpirants qui agissent directement sur le mécanisme de transfert de la sueur sont souhaitables. Ici, nous présentons un système innovant d’imagerie en direct pour les glandes sudoripares permettant de visualiser le mécanisme de transpiration dynamique. Nous pensons que notre système est une approche prometteuse pour développer une stratégie de régulation de la sueur. En effet, nous présenterons des candidats pharmacologiques pour des anti-transpirants fonctionnels », a-t-elle expliqué.

Le Prix Industriel (recherche appliquée) a été décerné à la société bruxelloise ChemCom pour son projet de mécanisme artificiel (à travers les capteurs olfactifs répartis sur tout le corps) permettant bronzage ou dépigmentation cutanée. « Grâce aux récepteurs olfactifs, notre nez peut sentir les composés volatiles présents dans l’air. Ces récepteurs sensoriels sont également exprimés dans d’autres tissus comme la peau où ils contribuent à des processus physiologiques. ChemCom a identifié un récepteur olfactif exprimé dans les mélanocytes et dont la modulation déclenche un nouveau mécanisme conduisant au bronzage ou à la dépigmentation de la peau », a précisé Jean-François Pollet, le CEO de la société.

Les deux projets primés bénéficieront d’une dotation financière de 10 000 euros chacun et d’un accompagnement du pôle Cosmetic Valley qui se concrétisera, notamment, par l’appui de la plateforme Cosmet’up, dédiée à l’accélération des projets innovants de la filière parfumerie-cosmétique, ainsi que d’un pack visibilité comprenant une couverture médiatique nationale et internationale. Marc-Antoine Jamet, président de Cosmetic Valley, a rappelé les performances d’un secteur qui avec 3200 entreprises mobilise 240 000 salariés et 8 000 chercheurs, réalise un chiffre d’affaires de 45 Mds d’€, des exportations de 14 Mds d’euros, un solde positif de 112 Mds d’euros, le second de notre balance commerciale, consacre 650 million d’euros à la recherche chaque année et paye 11 Mds d’euros d’impôts en France.

Quelque 90 projets en provenance de 14 pays (Allemagne, Belgique, Canada, Espagne, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Malaisie, Maroc, Nouvelle-Zélande, Suisse, Taiwan, Thaïlande) étaient en lice.

 

Crédit photo : Cécile Muzard

X