Minasolve lance trois solutions antimicrobiennes développées avec du Caprylyl Glycol bio-sourcé

Minasolve E-Leen 8, P8 et GC 8

Minasolve, développeur et fournisseur d’ingrédients chimiques naturels et multifonctionnels pour l’industrie cosmétique, a annoné le lancement de trois mélanges E-Leen naturels basés sur une nouvelle version bio-sourcée de Caprylyl Glycol. Ces formulations offrent plusieurs avantages par rapport aux mélanges conventionnels, et sont adaptées pour une production continue à froid.

Le Caprylyl Glycol, un hydratant pour la peau et un stabilisateur antimicrobien bien connu en cosmétique, venait jusqu’à présent de sources pétrochimiques. Avec E-Leen 8, E-Leen P8 et E-Leen GC 8, ses alternatives bio-sourcées, Minasolve cible les entreprises cosmétiques, notamment en zone Emea et en Amérique du Sud, pour leur permettre d’augmenter l’indice d’origine naturelle de leurs formulations.

Selon Minasolve, les solutions de conservation naturelles disponibles pour les fabricants de cosmétiques sont comparativement plus chères ou nécessitent une utilisation à des niveaux de concentration élevés. Ces problèmes sont majeurs lorsqu’il s’agit de s’adresser au marché de masse, les producteurs se retrouvant sans alternative écologique viable. La nouvelle gamme de produits E-Leen développée par Minasolve à base de Caprylyl Glycol bio-sourcé offre une solution rentable pour protéger les cosmétiques naturels, à de faibles concentrations.

« E-Leen 8, P8 et GC 8, les nouveaux ingrédients de Minasolve, correspondent aux attentes du marché. Ces produits innovants figurent parmi les solutions les plus polyvalentes et les plus abordables pour protéger les formulations cosmétiques naturelles et éco-certifiées, déclare Emmanuel Peulens, directeur général de Minasolve. Après le lancement réussi de notre Pentylène Glycol bio-sourcé en 2014, nous franchissons une nouvelle étape importante avec le développement du Caprylyl Glycol bio-sourcé. Nous continuerons à proposer à l’industrie cosmétique des innovations issues de la nature, car c’est un secteur qui recherche des ingrédients plus verts, plus sûrs et plus durables. »

Les trois nouveaux produits E-Leen sont des hydratants pour la peau et des stabilisateurs antimicrobiens, fabriqués à partir de matières premières 100 % renouvelables, végétales et sans OGM. Selon la firme belge, ce sont des liquides faciles à utiliser à température ambiante. Tous sont certifiés Cosmos, un critère clé pour les cosmétiques naturels.

Stabilisés sous forme liquide, les nouveaux produits E-Leen contenant du Caprylyl Glycol bio-sourcé offrent plusieurs avantages face au Caprylyl Glycol conventionnel, un alcanediol utilisé comme ingrédient cosmétique depuis 30 ans.

Le Caprylyl Glycol conventionnel est une cire fabriquée à partir de matières premières pétrochimiques. Elle nécessite d’être chauffée avant utilisation, ce qui peut être chronophage. En revanche, le E-Leen 8 naturel est une version liquide prête à l’emploi. Même après stockage à froid, un simple réchauffement à température ambiante suffit à le liquéfier. Comme aucun appareil de chauffage n’est requis pour le manipuler, E-Leen 8 peut être traité à froid et en continu, économisant ainsi du temps et de l’énergie durant la production.

E-Leen P8 est un mélange avancé de Caprylyl Glycol bio-sourcé et de Phenylpropanol également bio-sourcé, un ingrédient aromatique naturel. Utilisé en faible quantité dans les formulations, il offre aux utilisateurs une solution de protection fiable, même avec un pH élevé.

E-Leen GC 8 est une alternative plus douce destinée aux peaux sensibles, formulée à partir de Caprylyl Glycol et de Glyceryl Caprylate/Caprate.

« Le développement de ces nouveaux produits E-Leen montre clairement les vastes compétences de Minasolve en matière de R&D. Cela indique aussi sa capacité à utiliser la technologie renommée qui sous-tend l’ingrédient multifonctionnel Caprylyl Glycol dans le secteur des cosmétiques naturels. Grâce à leur rapport qualité-prix attractif, ces nouveaux ingrédients représentent une nouvelle étape vers la démocratisation des cosmétiques naturels », ajoute Emmanuel Peulens.

X