4.2 C
Paris
mardi 6 décembre 2022
- publicité -

Commerce équitable et enjeux environnementaux : L’Occitane s’engage

Dans le cadre de la quinzaine du Commerce équitable L’Occitane en Provence confirme sa position en faveur d’un modèle économique éthique et s’engage à accompagner l’ensemble de ses producteurs d’ingrédients iconiques dans leur démarche de certification équitable. Durable et structurante, cette certification s’impose comme un prérequis indispensable pour répondre à l’objectif ambitieux que L’Occitane se fixe : celui d’accroître la résilience de tous face aux impacts climatiques et sociaux à venir.

L’Occitane et le beurre de karité, modèle de réussite d’une filière équitable

Depuis ses débuts, L’Occitane a fait le choix d’une démarche éthique et durable : celui de protéger la nature et de soutenir les hommes qui en prennent soin. Une démarche pionnière qui a débuté en 1980, lorsque le fondateur de la marque rencontre les femmes productrices de Beurre de Karité au Burkina Faso. Les bases d’un partenariat juste et durable sont d’emblée établies : la marque se fournit directement auprès de coopératives de femmes auxquelles elle achète un produit transformé, à forte valeur ajoutée.

En 2009, l’obtention de la certification Commerce équitable Ecocert, selon le référentiel international Fair for Life, viendra reconnaître la valeur de ce partenariat établi sur des contrats pluriannuels, la mise en place de préfinancements et la garantie d’un prix d’achat juste. Pour L’Occitane, c’est la reconnaissance d’une collaboration exceptionnelle participant à la préservation de savoir-faire traditionnels et à l’amélioration des conditions de vie pour ces communautés de femmes.

Sur le socle solide de cette certification équitable, L’Occitane lance en 2018 le programme Resist (résilience, écologie, renforcement, indépendance, structuration et formation). « Nous avons accompagné plus de 10 000 femmes à préserver les arbres à Karité dont elles sont les gardiennes, à moderniser et limiter les impacts environnementaux de leurs procédés de production du beurre et surtout à devenir moins dépendantes aux commandes de L’Occitane en développant leur portefeuille d’activités et de clients », indique Justine Humbert, responsable filières durables. Symbole d’une politique de développement continu, le programme Resist consolide les bases d’un avenir durable pour l’industrie Karité. “L’exemplarité” de cette chaîne d’approvisionnement a été saluée par le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) en 2013 et 2019.

Commerce équitable et agroécologie, un objectif durable

Forte de son expérience sur le karité, la marque L’Occitane s’engage aujourd’hui à accompagner l’ensemble de ses producteurs d’ingrédients iconiques de Provence et de Corse, afin qu’ils obtiennent leur certification équitable, d’ici à 2025. Parmi les filières concernées, l’amande, le bois de cade, l’immortelle, la lavande, la rose ou encore la verveine. « C’est une démarche extrêmement structurante pour la sécurisation de nos approvisionnements. Les crises récentes que nous avons traversées, sanitaires et politiques, ont prouvé la nécessité de contrats pluriannuels et la valeur capitale de partenariats durables », explique Justine Humbert. Et cela s’avère et s’avèrera encore plus le cas face aux défis environnementaux de notre temps. Pour les producteurs, le commerce équitable assure la pérennité de leur exploitation et leur permet d’investir sur l’avenir. « Le commerce équitable fait partie des solutions, il offre à tous une bien meilleure résistance dans un contexte instable. »

Pour L’Occitane, il n’est pas de transition agroécologique sans équité économique : le commerce équitable instaure les prérequis à la transition écologique. L’Occitane a alors fait le choix, pour soutenir cette démarche de certification tout en accompagnant ses producteurs dans leur nécessaire transition agroécologique, de participer en 2021 à la création de l’association Agroécologie et Commerce équitable, rassemblant une quinzaine d’exploitations partenaires. 

Ses objectifs sont multiples : permettre la certification en équitable de ses membres en leur donnant le cadre associatif nécessaire, accéder au fond de développement équitable une fois la certification obtenue, mais aussi mutualiser les apprentissages et partager les connaissances en agroécologie. L’association bénéficie notamment de l’appui des ingénieurs agronomes du service Biodiversité et Ingrédients durables et d’experts externes pour déployer des expérimentations en agroforesterie ou couverture des sols. « Si les producteurs sont en première ligne face au changement climatique, ils sont aussi une partie de la solution. Il est de notre responsabilité de mettre en œuvre des partenariats commerciaux mais aussi des soutiens techniques, financiers et humains qui leur permettent d’amorcer cette transition écologique. Nous devons partager les risques inhérents à ces changements de pratiques », selon Justine Humbert. Elle conclut : « Promouvoir l’équité, l’inclusion et une agriculture régénératrice, ce n’est pas de la philanthropie, c’est l’unique réponse possible de nos entreprises aux enjeux d’aujourd’hui. C’est aussi la seule voie possible en tant que citoyen, parents, pour offrir un futur radieux à nos enfants. »

Publicité
Ressources externes
fr.loccitane.com

Articles liés

Notre dernier numéro

Écoutez-nous !

Newsletter

Charles River propose de nouveaux articles et un webinar sur sa page dédiée !Je me renseigne !