La Fondation Gattefossé encourage l’utilisation des huiles essentielles en milieu de soin à Madagascar

Dans le cadre de sa mission de promotion de l’utilisation des huiles essentielles en milieu de soin, la Fondation Gattefossé attribue une bourse à l’association malgache AROVA (Aromathérapeutes du Vakinankaratra) regroupant des médecins formés à l’aromathérapie.

Cette bourse d’un montant de 5000 euros est destinée à financer la formation aux huiles essentielles malgaches du personnel médical et paramédical public ou privé de l’île. Quatre vingt thérapeutes ont été formés en 2013, 2014 et 2015 avec l’accord du service Médecines Traditionnelles du Ministère de la Santé malgache et cette bourse permettra d’en former environ une centaine.

AROVA dispense, en accord avec le Ministère de Santé malgache, des formations aux huiles essentielles locales en vue de permettre leur utilisation au bénéfice du plus grand nombre dans les structures de santé de l’île (dispensaires, centres de santé primaires). L’association fournit également des mélanges d’huiles aux thérapeutes formés pour leur utilisation en centre de soin.
Les formations sont dispensées sous la forme d’ateliers pratiques en petits groupes. Elles permettent d’améliorer les pratiques médicales par des échanges sur les études de cas tout en présentant les alternatives ou les complémentarités des huiles essentielles avec la médecine conventionnelle (par exemple en infectiologie). Ces pratiques tiennent compte des critères de coût des traitements et de la qualité de vie du malade.

Les huiles essentielles utilisées par AROVA sont fournies à un prix de gros par l’ONG « Coeur de Forêt » qui participe au reboisement à Madagascar (100 000 arbres plantés de 2006 à 2014) et soutient des projets au profit des populations locales.
Les besoins de formation des soignants malgaches aux huiles essentielles locales sont au coeur d’enjeux de santé publique, d’économie sociale et solidaire et de développement durable. En effet, Madagascar produit plus de 30 huiles essentielles différentes, mais cette richesse nationale est encore peu organisée en filière et toutes les productions sont exportées vers les pays étrangers, ne profitant ainsi quasiment pas à la santé des malgaches eux-mêmes, ni à l’économie familiale du pays.
Par ailleurs, des études menées précédemment et publiées dans des revues internationales ont démontré qu’il était possible de soigner efficacement – et à un coût modique – un grand nombre de pathologies courantes dans le domaine des maladies respiratoires, dermatologiques, et en général toutes les infections, ouvrant ainsi la perspective d’utiliser les huiles produites à Madagascar au bénéfice de la population, et particulièrement dans les dispensaires fréquentés par les plus démunis.
Ainsi, la disponibilité des huiles, leur faible coût de revient et leur efficacité sont propices à l’émergence d’un fort courant d’aromathérapie et la demande des médecins et des soignants des structures de santé de l’île s’accroît. La Direction Générale du Ministère de la Santé malgache s’est récemment exprimée en faveur de l’extension de la phyto-aromathérapie dans l’île en encourageant le développement des formations.

 

X