Prad interprète les codes de Maison Lalique

Maison Lalique a confié à Prad la décoration made in France de deux des flacons de parfum de sa Collection Noir Premier (Or Intemporel & Illusion Captive), d’Amethyst Exquise, et des pots à bougie de la gamme Voyage de Parfumeur (La Nuit Nairobi-Kenya et Noir Premier-Plume Blanche).

Ces réalisations illustrent non seulement la maîtrise de chacune des technologies de décoration sur verre par Prad, mais aussi sa capacité à les combiner entre elles, pour sublimer les contenants et produire des effets de matière et de lumière, si emblématiques de la marque Lalique.

« Le verre est une matière merveilleuse », René Lalique, 1925

Les trois flacons de parfum se distinguent par leur brillance métallique, obtenue grâce à la métallisation liquide, une technologie phare de Prad qui procure un aspect métal total ou partiel, de nombreuses nuances métalliques et d’infinies possibilités de transparence et de dégradé. Elle s’effectue sur une ligne spécifique hors poussière et grâce à un procédé parfaitement maîtrisé et environnementalement vertueux. Des gravures ciselées au laser ajoutent du relief et des jeux de lumière. Elles sont réhaussées par un marquage à chaud sur les flacons d’Amethyst Exquise et d’Illusion Captive et une sérigraphie sur celui d’Or Intemporel.

La complexité se révèle dans la régularité de la métallisation, malgré les surfaces planes ou incisées, la précision des découpes laser qui préservent les couleurs métallisées violet, noir et or, notamment pour le flacon d’iIllusion Captive gravé au laser sur toute sa superficie. À cela s’ajoute la justesse du repérage pour les motifs sérigraphiés et/ou marqués à chaud.

Concernant les bougies, le pot de Noir Premier – Plume Blanche a été métallisé or brillant avant d’être sérigraphié ; le pot de La Nuit Nairobi-Kenya a été métallisé, avant de recevoir un marquage à chaud. Le défi consiste à protéger parfaitement le buvant et à obtenir une sérigraphie irréprochable sur un support tronconique, grâce à un procédé de repérage numérique.