- publicité -

Gattefossé : un bioactif liposoluble dédié au soin du contour des yeux

À in-Cosmetics Global qui s’est tenu à Paris du 16 au 18 avril 2024, Gattefossé a dévoilé un nouvel actif lipophile : Eyeglorius, une solution polyvalente certifiée biologique, en mesure de traiter simultanément les signes de fatigue et ouvrant une palette de possibilités pour des formules soin et maquillage.  

« En réponse au mouvement de skinification du maquillage, Gattefossé a souhaité offrir aux marques une solution multifonctionnelle. En s’appuyant sur nos multiples expertises, nous avons développé Eyeglorius, un actif lipophile unique, qui correspond parfaitement aux attentes des formulateurs et des consommateurs », explique Laurie Canel, cheffe de produit ingrédients actifs chez Gattefossé.

Extraction sélective de métabolites lipophiles 

Les attentes des consommateurs : des solutions de maquillage correctrices infusées d’actifs. Or, les cernes et les poches sont difficiles à traiter : microcirculation dysfonctionnelle, perméabilité vasculaire excessive, oxydation et inflammation sont toutes responsables de l’apparition des signes de fatigue. 

L’équipe de recherche de Gattefossé a ainsi cherché à adresser ce problème en capturant dans le monde végétal des molécules adaptées.

Les acides triterpéniques (principalement les acides ursolique, maslinique et oléanolique) ont des effets reconnus sur la microcirculation cutanée en réduisant la perméabilité vasculaire induite par l’inflammation et en renforçant la fonction barrière endothéliale. Ils présentent également un potentiel intéressant dans la dégradation du pigment rouge des cernes.   

Gattefossé s’est intéressé aux feuilles d’argousier, réputées pour leur remarquable richesse phytochimique, notamment en composés triterpéniques. Une filière d’approvisionnement via un verger familial canadien assure la traçabilité et la haute qualité biologique de la matière première. 

Dans une démarche d’upcycling, Gattefossé récupère, en septembre, les feuilles inutilisées, des branches d’argousier initialement récoltées manuellement pour leurs baies transformées, ensuite, en jus, sorbets ou confitures.

En s’appuyant sur les principes de l’écoconception, le procédé développé permet d’optimiser la teneur en acides triterpéniques tout en assurant qualité, sécurité et sobriété énergétique, conformément aux engagements de l’entreprise en matière de RSE.   

Thomas Rinaldi, ingénieur R&D en chimie du végétal pour Gattefossé résume cette phase de la recherche : « en utilisant bio et chemoguidage, nous avons évalué différents solvants, en s’attachant à la performance d’extraction, l’activité biologique, l’empreinte environnementale et la reproductibilité. Notre objectif était d’obtenir un processus économe en énergie sans compromettre l’efficacité. Le CO2 supercritique présente une affinité unique et marquée pour l’extraction de composés apolaires ainsi qu’un impact environnemental contrôlé. Ce solvant est rapidement devenu notre premier choix. »

Après extraction, la matière végétale est solubilisée dans un composé huileux d’origine végétale, garantissant la lipophilie, la stabilité et la formulabilité de l’actif. 

Une solution active polyvalente

L’équipe de biologie cutanée de Gattefossé a mis en place un programme d’étude complet pour couvrir la physiopathologie des cernes et des poches, en travaillant sur des cellules endothéliales issues de biopsies. 

« L’introduction des cellules endothéliales dans notre laboratoire a été un véritable défi sur ce projet. Il s’agissait d’un type cellulaire nouveau pour nous. Nous avons dû tout apprendre à leur sujet : évaluer les milieux de culture et les densités d’ensemencement, contrôler leurs capacités de prolifération, établir la cinétique des tests… Par ailleurs, nos cellules sont des cellules primaires extraites de biopsies, et non de lignées cellulaires : elles doivent être manipulées avec de grandes précautions mais sont aussi plus proches de la réalité physiologique », indique Chloé Lorion, ingénieure R&D biologie cutanée chez Gattefossé.  

Testé sur un modèle de cellules endothéliales microvasculaires dermiques humaines stressées par TNF-α, Eyeglorius conduit à une réduction significative de la perméabilité vasculaire, responsable de l’apparition de cernes et d’œdèmes selon Gattefossé. De plus, Eyeglorius favorise la dégradation de l’hémoglobine et prévient son oxydation, qui sont des facteurs clés de l’hyperpigmentation sous les yeux.  

Deux études cliniques en double aveugle confirment l’efficacité d’Eyeglorius sur la réduction des signes de fatigue. Testé contre un placebo, l’actif permet d’obtenir une réduction significative du volume des poches associée à une couleur plus claire et une surface réduite pour les cernes. « Le regard est embelli, pétillant, comme réénergisé », affirme-t-on chez Gattefossé.

Grâce à sa composition lipophile, Eyeglorius est un allié technique polyvalent pour le formulateur, avec une gamme étendue d’applications possibles, dans des formules E/H et H/E. Résistant à la chaleur, il peut également être incorporé dans des formules en stick ou dans des process one-pot. 

Eyeglorius est 100 % d’origine naturelle selon la norme ISO16128, certifié biologique, certifié RSPO MB et notifié NMPA Chine.

Photo : © Alina Kuptsova / Pixabay

Ressources externes
Site internet

Contenu sponsorisé

site-industries-cosmetiques Une publicité vibrante pour Croda Beauty avec un gros plan de fleurs orange avec un effet de flou en arrière-plan et le texte « Croda Beauty, une science intelligente pour améliorer la vie » inclut désormais Phytess

Phytessence™ Osmanthus, the first geo-skincare botanical extract by Croda Beauty

Discover how this innovative natural ingredient helps the skin to better face climate change, particularly the harmful effects of sun rays and heat.
site-industries-cosmetiques Un individu concentré en blouse de laboratoire examinant un petit pot contenant une substance rose, innovation cosmétique pionnière avec des ingrédients naturels en Bretagne.

Cosmetics innovation comes naturally in Bretagne

In north-west France, Bretagne has always been a seawardlooking region with its 2,730km coastline – the longest in the country.

Articles liés

Notre dernier numéro

Écoutez-nous !

Newsletter

fr_FRFrançais