La mesure radar haute fréquence gagne du terrain

Avec le nouveau VEGAPULS 64, premier capteur de niveau radar au monde pour liquides fonctionnant à une fréquence de 80 GHz, une nouvelle ère s’ouvre pour la technologie de mesure radar. Quand il s’agit de s’intéresser aux actifs concentrés de l’industrie cosmétique, la précision s’impose et évite l’à peu près. Vega, un acteur majeur de la mesure de niveau, passe au tout radar, une technologie accessible aujourd’hui au secteur des cosmétiques.

capture_ecran-3Depuis septembre 2014, le VEGAPULS 69, destiné à la mesure continue des solides en vrac, a rencontré un grand succès. Lui aussi a abandonné la fréquence jusqu’à présent très répandue de 26 GHz, pour une fréquence d’émission multipliée par 3. En particulier, ces capteurs se distinguent pour la mesure des produits qui réfléchissent mal les ondes électromagnétiques. De même, ces capteurs repoussent également les limites lorsqu’on veut mesurer, par exemple, dans des puits d’extraction atteignant 120 m de profondeur ou des silos comportant de nombreuses structures internes qui génèrent d’importants signaux parasites.

Ce printemps, c’est le VEGAPULS 64 destiné aux applications dans les liquides qui lui succède. Il marque un tournant dans l’instrumentation de mesure de par sa dynamique élevée et sa focalisation améliorée. « Les produits peu réfléchissants, c’est-à-dire à faible constante diélectrique, sont désormais plus faciles à mesurer qu’avec les anciennes générations de capteurs radar », explique-t-on dans l’entreprise. Avec sa meilleure focalisation, le faisceau évite facilement les obstacles que constituent les structures internes et les dépôts. Les parasites, qu’il fallait auparavant éliminer en recourant à une étape supplémentaire d’enregistrement des signaux parasites, n’ont désormais pratiquement plus d’influence sur la fiabilité des mesures.
Cette nouvelle technique permet de mesurer le niveau très près du fond de cuve. Cela ouvre de nouvelles perspectives pour la détermination du niveau des petites cuves dans l’industrie pharmaceutique et biotechnologique, mais permet également la détermination des quantités résiduelles de carburant dans les grandes citernes. Sa précision atteint ±2 mm, même sur une plage de mesure de 30 m.
Ces dernières années, la technique de mesure radar sans contact s’est imposée dans de nombreuses applications de l’industrie chimique. Son grand avantage est son insensibilité aux facteurs du process tels que la température, la pression ou la densité. L’autre point fort pour les industries chimiques ou cosmétiques, c’est la possibilité de faire de la mesure non intrusive, car le radar permet de passer à travers la cuve par exemple. Le principe de mesure n’est donc pas influencé par l’environnement extérieur.

www.vega.com/radar

X