26.8 C
Paris
mardi 9 août 2022
- publicité -

Rappels de produits importants pour les micro-problèmes

Attrapez les microbes avant qu’ils ne deviennent un problème et travaillez à la mise en œuvre d’une stratégie de contrôle de la contamination microbienne. Le point de vue d’Anne Wagner, PhD, Technology and Market Development Manager for Charles River’s Microbial Solutions division.

La fabrication est souvent perçue et évoquée sous l’angle de son efficacité. Nous avons tous vu ces reportages ou publicités montrant des bandes transporteuses avec des bouteilles remplies et emballées en quelques secondes. La vitesse et l’efficacité sont essentielles à la fabrication, mais tout s’écroule si elle ne repose pas sur la qualité du produit.

Prenons l’exemple de la fabrication de produits d’entretien ménager et de soins personnels. Ce ne sont pas des entreprises « stériles », mais non stérile ne signifie pas non qualité. L’un des plus grands antagonistes de la sécurité des produits de consommation est la contamination microbienne. Si une contamination microbienne se produit dans votre usine, une série d’événements se déclenche pour répondre, désinfecter et remédier au problème, ce qui coûte du temps et de l’argent.  Mais parfois, la contamination n’est pas détectée et atteint le marché, provoquant un rappel dont l’impact est plus important et plus vaste. De 2014 à 2019, la grande majorité des rappels demandés par la FDA – 78 % – étaient dus à une contamination microbienne (voir ill.). Le Safety Gate, le système d’alerte rapide de l’UE, a également détecté des problèmes de contamination microbienne au fil des ans. Tous les micro-organismes ne sont pas pathogènes, mais les produits doivent être exempts des micro-organismes qui causent des dommages.

Des coupables notoires à l’origine de récents rappels de produits

Plusieurs incidents très médiatisés imputables à une contamination microbienne ont conduit à des rappels de produits ces derniers temps. Il s’agit notamment de Pluralibacter gergoviae et de Cronobacter sakazakii. Pluralibacter (Enterobacter) gergoviae est une bactérie que l’on trouve couramment dans l’eau. Elle est classée comme un pathogène opportuniste présentant un faible risque pour les personnes en bonne santé, mais elle peut provoquer une infection chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli. P. gergoviae présente un intérêt particulier pour l’industrie des produits de consommation en raison de ses capacités acquises à échapper aux conservateurs cosmétiques courants. Une publication de M. Periame dans le Journal of Applied Microbiology a révélé que P. gergoviae a tellement bien évolué qu’il dispose désormais de multiples mécanismes, dont des enzymes détoxifiantes, l’expression de la flagelline et une structure modifiée de la membrane cellulaire, pour survivre en présence des conservateurs cosmétiques courants. Les micro-organismes comme P. gergoviae devenant plus  » intelligents « , nous devons également nous adapter pour les tenir à l’écart des produits de consommation.

Un autre micro-organisme notoire qui a fait son chemin dans les aliments et les produits de consommation est Cronobacter sakazakii. Comme P. gergoviae, il s’agit également d’un pathogène opportuniste. En fait, ces deux micro-organismes appartenaient auparavant au même genre, Enterobacter, mais ont ensuite été classés dans des genres distincts à mesure que la taxonomie s’améliorait. Cronobacter sakazakii a été découvert à partir d’isolats humains cliniques et s’est révélé résistant à la dessiccation. C. sakazakii a été retrouvé dans des environnements domestiques et des aliments. Des infections ont été signalées chez des personnes âgées et immunodéprimées ; c’est également un micro-organisme à haut risque pour les nourrissons lorsqu’il se retrouve dans les préparations pour nourrissons et les contamine. Dans un avis de rappel émis par la FDA en mars 2022, un important producteur de lait maternisé en poudre a découvert la présence de Cronobacter sakazakii dans son produit, puis dans son usine de fabrication, ce qui a entraîné un rappel massif et un problème de chaîne d’approvisionnement.

La contamination des préparations pour nourrissons par C. sakazakii peut exposer les bébés à des risques d’infection, de septicémie, de méningite et d’entérocolite nécrosante. 7 Les sources proposées de C. sakazakii peuvent provenir de mauvaises pratiques de fabrication et de matières premières contaminées ou provenir de sources humaines.

Tester tôt et encore en amont pour la contamination microbienne

La contamination microbienne n’est pas nécessairement homogène dans le produit et peut avoir des taux de croissance variables, vous devez donc veiller à ne pas la manquer. Malheureusement, même avec des tests sur le produit final, les microbes peuvent passer inaperçus. La réalisation de tests plus tôt dans le processus de fabrication et plus en amont pour garantir la qualité des matières premières et la pureté de l’eau, ainsi que la mise en œuvre de pratiques de nettoyage et de bonnes pratiques de fabrication efficaces peuvent avoir un impact positif significatif sur la réduction de la contamination microbienne. Ces pratiques font toutes partie d’une bonne hygiène industrielle conçue pour trouver la source d’un problème avant qu’il ne devienne incontrôlable.

Pour faire une analogie simple, c’est comme aller chez le dentiste tous les six mois pour un contrôle régulier. En regardant très tôt, vous pouvez repérer une petite carie et l’obturer avant qu’elle ne s’aggrave. Mais si vous ne la repérez pas et que vous l’ignorez, cette carie peut se transformer en un douloureux traitement de canal. Les mesures préventives peuvent empêcher les petits problèmes de s’aggraver.

Le rappel est le pire des scénarios, mais la contamination microbienne peut avoir un impact sur toutes les facettes d’une entreprise. Lorsqu’un produit échoue aux tests de libération microbienne, les mesures correctives sont coûteuses, les revenus sont perdus et les usines de fabrication peuvent être mises hors service, ce qui a un impact considérable sur la chaîne d’approvisionnement de l’entreprise. Dans le cas d’un rappel, les mêmes pertes monétaires se produisent, mais l’impact est plus large, avec des notifications très publiques, et selon les microbes, la contamination peut provoquer des maladies chez le consommateur et même, dans certains cas tragiques, la mort. Les clients exigent la qualité et c’est au fabricant qu’il incombe de tenir cette promesse de qualité. Il convient donc d’attraper les microbes avant qu’ils ne deviennent un problème et de mettre en œuvre une stratégie de contrôle de la contamination microbienne, ce qui implique de surveiller votre environnement à l’aide d’une technologie moderne permettant de détecter la contamination microbienne plus rapidement et plus précisément. En mettant en place toutes ces mesures de protection, vous vous assurez que votre produit est de meilleure qualité et présente un profil de sécurité que vous pouvez garantir à votre client.  

Publicité
Ressources externes
Site internet

Articles liés

Notre dernier numéro

Écoutez-nous !

Newsletter

Nous vous offrons notre numéro d'été ! Accédez librement à la version numérique d'Industries CosmétiquesJe lis !
+
X