11.7 C
Paris
jeudi 29 septembre 2022
- publicité -

BASF présente au congrès de l’IFSCC les résultats de ses recherches actuelles et les nouveautés en matière de technologies de méthodes appliquées

Publicité

Lors du congrès de la Fédération Internationale des Sociétés de Chimistes Cosmétiques (IFSCC) de cette année, les scientifiques de BASF présenteront les dernières découvertes et méthodes de recherche pour le développement de produits cosmétiques efficaces. Parmi les résultats de recherche les plus remarquables figurent la découverte du déclin des bactéries propres à la peau dû à l’âge et le développement d’un ingrédient cosmétique contenant des micro-organismes vivants pour combler cette lacune. D’autres projets de recherche incluent une nouvelle technologie « neuroskin-on-chip » utilisée pour la première fois et développée par Netri pour créer un modèle de peau internalisé en 3D, ainsi qu’une étude conjointe avec l’université de Stanford sur les émollients susceptibles de réduire le dessèchement de la peau et de favoriser son bien-être. Des scientifiques et des experts de BASF parleront des effets et des opportunités lors de présentations sous forme de poster et de panel.


Une nouvelle méthode révèle les particularités des peaux sensibles


Bien que l’on sache que le microbiome joue un rôle important dans la santé de la peau, son influence sur la sensibilité de la peau n’a jusqu’à présent pas reçu beaucoup d’attention. Dans une étude récente, des scientifiques de BASF ont examiné la composition du microbiote cutané de personnes à la peau sensible par rapport à des personnes à la peau non sensible. L’analyse a révélé des changements dans la présence et l’abondance de souches bactériennes courantes et spécifiques. Pour la première fois, une technologie microfluidique à base de gouttelettes (en anglais droplet-based microfluidic technolgy, DBMT) développée par Biomillenia a été utilisée pour isoler ces souches bactériennes en culture. La bibliothèque microbienne ainsi obtenue peut être utilisée pour identifier et tester les substances actives qui présentent le meilleur potentiel pour rétablir l’équilibre du microbiote des peaux sensibles.


La technologie « neuroskin-on-chip » imite la peau innervée

Pour une peau saine, un réseau d’approvisionnement fonctionnel de cellules nerveuses est un facteur essentiel. Pour développer et tester des neurocosmétiques qui contribuent à améliorer les interactions entre la peau et le système nerveux, et donc à réduire les signes de vieillissement ou de stress cutané, des modèles de peau spécifiques sont nécessaires. En collaboration avec NETRI, une start-up française spécialisée dans le prototypage rapide d' »organes sur puce », BASF a réussi à développer pour la première fois un épiderme innervé sur une puce. Par rapport aux modèles existants d’épiderme innervé ou de peau en coculture classique, la nouvelle technologie « neuroskin-on-chip » imite mieux la physiologie d’innervation réelle de la peau. Elle facilite et améliore ainsi l’étude de substances actives neurocosmétiques hautement efficaces.

La sélection d’émollients favorise l’hydratation de la peau

La manière dont les gens évaluent l’efficacité des produits de soin de la peau dépend fortement de l’hydratation de la peau et de la biomécanique cutanée. Pour optimiser les performances, il est donc important de mieux comprendre les effets des contraintes biomécaniques qui se produisent pendant la déshydratation du stratum corneum. Afin d’étudier l’influence des ingrédients cosmétiques à différents niveaux d’humidité de l’air et donc de la peau, une équipe de recherche de BASF et du laboratoire du professeur Reinhold Dauskardt à l’université de Stanford a analysé des formulations de soins de la peau contenant différents émollients aux propriétés et aux structures moléculaires très différentes. Les résultats indiquent qu’en choisissant soigneusement les émollients et autres ingrédients, il est possible de réduire le stress biomécanique de la peau et de favoriser son bien-être.


Ingrédient probiotique anti-âge contenant des bactéries vivantes

Le vieillissement de la peau reste l’un des domaines les plus importants de la cosmétique. Afin de mieux comprendre le lien entre le vieillissement et les modifications du microbiome cutané, des chercheurs de BASF ont mené une étude avec des sujets jeunes et âgés. Elle a révélé des différences considérables dans la population de souches de Lactobacillus. L. crispatus a notamment été identifiée comme « bactérie de la jeunesse » : Elle était présente en abondance dans les peaux jeunes, mais n’était pas détectable dans les plis des participantes plus âgées. Ces résultats ont servi de base au développement d’un probiotique pour les produits de soin destinés à favoriser un vieillissement sain de la peau. L’équipe de recherche a réussi à développer un produit qui garantit la survie des bactéries qu’il contient lorsqu’il est utilisé dans des formulations cosmétiques appropriées. Cela fait de l’ingrédient le premier actif cosmétique à base de bactéries vivantes et propres à la peau. Son efficacité pour atténuer les signes visibles du vieillissement de la peau a été démontrée in vitro et in vivo par rapport à un placebo.

Stratégie de réduction des changements liés à l’âge du cuir chevelu et des cheveux à base d’extraits de plantes

Avec l’âge, la structure du cuir chevelu et sa capacité à se régénérer se modifient. En conséquence, une perte de cheveux peut se produire, ce qui peut affecter la confiance en soi et le bien-être. Les scientifiques de BASF ont développé une approche anti-âge globale pour le cuir chevelu et les follicules pileux, basée sur une stratégie de tempérance et poursuivant trois objectifs principaux : Réduire la sensibilité du cuir chevelu en protégeant la barrière cutanée, équilibrer le microbiote et réduire une réponse immunitaire excessive. Dans ce but, des extraits de plantes ont été sélectionnés pour leurs propriétés antagonistes du TRPV1. Le meilleur extrait a ensuite été étudié pour ses effets sur les paramètres susmentionnés. Cette approche a permis d’identifier un extrait végétal apte à contrer les changements liés à l’âge du cuir chevelu et des cheveux.

Matrice interactive pour les produits de soins de la peau à effet anti-pollution

Les polluants se distinguent à la fois par leur nature et par leur effet sur la peau. Les produits cosmétiques doivent donc être formulés en conséquence et leur efficacité doit être prouvée. Le groupe de travail anti-pollution de la Société allemande de cosmétique scientifique et appliquée (DGK) a mis au point une matrice interactive accessible au public, qui contient des informations sur les polluants atmosphériques, certains de leurs effets sur la peau, les ingrédients cosmétiques et les modes d’application, ainsi que des méthodes pertinentes d’évaluation de l’efficacité. La matrice ne prétend pas être exhaustive, mais elle permet de mieux comprendre les facteurs impliqués. Elle montre également comment les défis liés à la preuve de la promesse d’un produit peuvent être relevés lors du développement de produits de soins pour la peau pertinents.

Publicité
Ressources externes
Site internet

Articles liés

Notre dernier numéro

Écoutez-nous !

Newsletter

X