L’autophagie, une signature biologique Silab en cosmétique

Ce lundi 3 octobre, le biologiste japonais Yoshinori Ohsumi s’est vu décerner le prix Nobel 2016 de physiologie ou médecine pour avoir élucidé le mécanisme biologique de l’autophagie, un puissant processus de dégradation et de recyclage des constituants des cellules. Ses travaux de recherche ont permis de mettre en avant des dérèglements de l’autophagie dans nombre de pathologies et dans le vieillissement.

Dès 2006, alors que l’autophagie n’était qu’un bruit de fond en dermatologie, la recherche avancée Silab, associée à ses partenariats universitaires, déployait une stratégie de recherche afin d’appréhender cette machinerie et ses fonctions dans la peau.

Silab et l’autophagie : les chiffres-clés :

  • 10 années de recherche,
  • 4 brevets nationaux et internationaux,
  • 2 thèses et 2 partenariats avec des laboratoires de recherche publique*,
  • 7 communications internationales, dont 4 publications et 3 conférences,
  • 1 innovation award,
  • 1 séminaire international organisé par Silab le 15 avril 2013 à la Maison de la Chimie, à Paris.

Pionnière et innovante, Silab dispose d’une expertise unique sur l’autophagie cutanée, s’appuyant sur des modèles biologiques inédits. Cette approche essentielle de modélisation constitue un atout majeur dans l’exploration de la mécanistique autophagique. Dès 2009, Silab proposait l’ingrédient actif Celldetox, modulateur d’autophagie, disponible et largement plébiscité sur le marché actuellement. Agissant sur les marqueurs de l’autophagie (lysosomes, LC3), cet actif biotechnologique ravive l’éclat des peaux intoxiquées et lisse le microrelief dès 14 jours ; il uniformise le teint et gomme les rides dès 28 jours. C’est un véritable booster de détoxification et de longévité cellulaire, il offre une nouvelle jeunesse aux peaux fatiguées. En ligne avec sa stratégie, Silab continue d’étendre son périmètre de recherche à l’exploration de nouvelles voies autophagiques telles que la mitophagie, l’autophagie de la mitochondrie.

* EA 3842, Homéostasie Cellulaire et Pathologies, Faculté de Médecine, Limoges, France UMR 5239, Molecular Biology of the Cell Laboratory, Ecole Normale Supérieure de Lyon, CNRS – UCBL – ENS Lyon, France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X