Le projecteur de profil numérique IM de Keyence fiabilise le contrôle des étiquettes

JMD Étiquettes contrôle les dimensions de toutes les étiquettes qu´il produit sur son site de fabrication de Bondoufle (91). Les opérations de mesures manuelles sont désormais prises en charge par le projecteur de profil numérique de la série IM de Keyence. Résultat : les mesures ont gagné en répétabilité et en fiabilité.Dans tous les processus industriels et tout au long de la supply chain, l´étiquette reste le moyen privilégié et le plus simple à mettre en oeuvre pour assurer la traçabilité d´un produit ou d´un équipement. Dans le secteur aéronautique, les étiquettes sont associées à toutes les pièces qui intègrent un avion depuis les moteurs, jusqu´aux trains d´atterrissage en passant par les systèmes de freinage. Dans ce domaine, le niveau d´exigences est élevé car les étiquettes sont soumises à des contraintes de durabilité et elles sont soumises à des environnements assez sévères. Les étiquettes généralement en acier ou en aluminium sont strictement dimensionnées par leurs concepteurs. « Nous devons garantir des tolérances de ± 100 µm indiquées sur les plans que nous fournissent nos clients », indique Sylvestre Cottard, directeur de JMD Étiquettes.

L´opérateur n´a plus qu´à placer l´étiquette à contrôler sur la platine du système par imagerie de Keyence. L´IM reconnaît la pièce et réalise automatiquement les mesures dimensionnelles selon les paramètres prédéfinis avec une précision pouvant atteindre 0,X µm. Les valeurs mesurées sont transmises par le réseau Ethernet à une base de données centralisée qui garantie la traçabilité des opérations. Sur le site de Bondoufle de JMD Étiquettes, quatre personnes sont habilitées à utiliser le projecteur de profil. « Elles n´ont suivi qu´une petite formation à son utilisation car l´IM, bien qu´il s´agisse d´un système de mesure performant, est assez facile à prendre en main », note Sylvestre Cottard. L´IM assure désormais le contrôle de 300 à 400 étiquettes par an et garantit la conformité des dimensions et des tolérances exigées par les clients. « Auparavant, deux personnes étaient chargées des contrôles. Elles étaient souvent débordées. Désormais, une personne suffit pour cette opération. Nous avons gagné en productivité tout en améliorant la qualité des mesures », conclut sylvestre Cottard.

 

X