Riverpack s’engage auprès des femmes employées en Chine avec le soutien de la Maison Chanel

Riverpack, acteur engagé sur les enjeux de la RSE, a conçu et déployé un programme pluriannuel de promotion de l’égalité des genres et d’appui à l’autonomisation des femmes au sein de son site de production de sacs en papier en Chine.

Les sacs en papier sont assemblés manuellement sur le site de Riverpack, essentiellement par des femmes. Les employées femmes sont généralement exposées à des enjeux de qualité de vie et de santé sécurité au travail qui leur sont propres. Ces enjeux sont aussi spécifiques en fonction de l’implantation géographique et socio-culturelle d’un site de production.

Dans la lignée de la conscience forte de l’importance de la RSE, en particulier sociétale, de Riverpack, et de son engagement en faveur de l’égalité des genres, la volonté de travailler sur un programme ciblant la qualité de vie au travail des femmes de l’usine en Chine s’est imposée. Conçu avec le soutien de la Maison Chanel, et piloté chez Riverpack par Alexandre Fontaine, Corporate Social Responsibility Manager, il a fait l’objet d’une coopération étroite avec les équipes de terrain en Chine.

La santé des employées au cœur des priorités : Le programme a été conçu sur mesure avec l’appui de l’association BSR, Business for Social Responsibility, partenaire stratégique de la Maison Chanel sur la prise en compte des questions de genre dans la supply chain. L’objectif de la démarche HERhealth de BSR est de former les femmes employées en usine à des enjeux liés au planning familial, à la santé reproductive et maternelle (contraception, grossesse, soin pré-/post-natal), à la prévention des maladies (HIV, cancer du sein, etc.), à leur qualité de vie et à leur santé-sécurité au travail (postes à risques et inadaptés aux femmes enceintes).

Le programme a débuté début 2019 par un diagnostic visant à évaluer les connaissances des femmes sur leur propre santé. L’objectif était ensuite de faire progresser leurs connaissances en s’appuyant sur le principe du peer to peer learning, soit de l’apprentissage entre pairs. Parmi un peu plus de 200 femmes sur les 500 employés de l’usine, 12 se sont engagées volontairement, en tant que Peer Health Educators (PHE), à suivre une formation de 18 heures répartie sur 6 mois, dispensée par BSR. Avec le soutien de l’encadrement, sensibilisé et impliqué, chacune s’est ensuite attachée à former 20 à 30 de ses collègues lors de sessions mensuelles, permettant de développer à leur tour les connaissances de près de 200 employés, dont des hommes volontaires, sur les enjeux de santé sécurité et de qualité de vie des femmes au travail, et sur l’égalité des genres.

Les formations étaient relayées sur site par une communication dynamique de la part de l’encadrement et du responsable RSE de l’usine : affichage des informations et des événements, tribunes d’expression, tableaux de bord, supervision et accompagnement des PHE dans l’animation d’un réseau WeChat spécialement dédié… Cette diffusion pro-active de l’information a permis d’établir rapidement un dialogue constructif avec les employé(e)s sur les enjeux liés à l’égalité des genres, qui a vocation à se prolonger au-delà de la fin du programme en juin 2021 et à s’ancrer durablement dans la culture managériale du site.

Des résultats concrets et mesurables : afin de mesurer l’impact positif de ce projet, des indicateurs ont été définis et suivis pour dresser un bilan à moyen-long terme des progrès réalisés et des bénéfices obtenus. Le niveau de connaissances des employées sur leur santé, leur capacité à prendre soin d’elles, leur niveau de considération personnelle sont autant de facteurs qui améliorent leur bien-être et donc leur motivation, leur responsabilisation et leur engagement. Le suivi de ces indicateurs a permis d’établir une corrélation avec une baisse de l’absentéisme et du turnover durant la durée du programme, démontrant l’importance de la valorisation du capital humain sur le site.

Des pratiques managériales inspirantes et égalitaires : fort des constats et des résultats positifs obtenus par la démarche HERhealth, la collaboration avec BSR s’est étendue en avril 2020 au déploiement d’un programme pilote HERmanagement, élaboré avec le soutien de la Maison Chanel. L’objectif du programme est de renforcer la sensibilisation du management du site aux enjeux liés à l’égalité des genres, permettant à terme de favoriser l’insertion et l’évolution professionnelle des employées. Basé sur des questionnaires approfondis et sur des séances collaboratives entre employé(e)s et management, le programme a débouché sur un plan d’action pour renforcer encore l’égalité des genres dans les procédures et protocoles internes.

« Chez Riverpack, les équipes sont convaincues que la reconnaissance et l’éducation sont les facteurs clés de l’émancipation des femmes, de l’égalité des genres et des chances. Les indicateurs que nous suivons depuis deux ans, comme les taux d’absentéisme ou de turnover, témoignent concrètement de la qualité du dialogue établi, du travail et des progrès réalisés en faveur d’une plus grande égalité professionnelle. Et ce grâce entre autres à une communication claire, régulière et transparente entre employées, employés, management du site et entreprise : les bénéfices mutuels sont immenses et nous sommes très fiers du chemin parcouru », indique Frédéric Poinas, directeur général de Riverpack.

« Au sein du groupe AFD, maison mère de Riverpack, la démarche RSE est historique et mature. Riverpack le démontre à travers sa récente évaluation EcoVadis, avec le statut Platine. Il était essentiel pour nous d’aller encore plus loin et d’exercer pleinement notre responsabilité sociétale. C’est une attente forte de la Maison Chanel, à l’égard de ses fournisseurs privilégiés. Le projet HER est un beau défi, qu’il nous tient à cœur de relever par des actions concrètes : être dans le FAIRE plutôt que dans le DIRE. C’est plus délicat, plus long, puisqu’elle concerne l’Humain. Nous sommes reconnaissants envers la Maison Chanel de nous avoir fait confiance pour conduire ce projet, et surtout heureux de manifester notre considération à l’égard de nos employées, en contribuant à une qualité de vie au travail individuelle, qui rayonne à l’échelle collective », souligne Pierre Fayard, président du groupe AFD.

« La RSE est dans notre ADN, souligne Frédéric Poinas. Les enjeux de la RSE font partie intégrante de notre stratégie d’entreprise, formalisée et pilotée depuis trois ans par Alexandre Fontaine, Corporate Social Responsability Manager, rejoint par Alexandra Fayard. Récemment diplômée en Land Economy de l’université de Cambridge, ses connaissances en matière d’économie et de droit environnementaux accompagneront le développement international des activités du groupe AFD et de Riverpack en particulier, tout en limitant leur impact. Notre vision de la RSE se concrétise naturellement par une approche durable de l’emballage, dès sa conception : papier certifié et issu de forêts gérées de manière responsable et durable, papier intégrant une part de fibres recyclées, cordelettes et rubans en matières biosourcées et renouvelables, substitution du pelliculage par du vernis de protection à base eau etc. Chez Riverpack, cependant, nous abordons la RSE bien au- delà de l’approche matière et considérons en profondeur l’impact social et sociétal de notre activité au sein du tissu industriel local. C’est cette vision partagée avec la Maison Chanel, pour qui nous sommes un partenaire privilégié, qui nous a réunis et nous a poussés à aller encore plus loin avec l’implémentation d’un projet centré sur les femmes employées au sein de notre site de production en Chine. »

« Le responsable RSE de l’usine distribue lui-même des brochures d’information sur les mesures disponibles, les droits et recours, les établissements et les contacts de santé accessibles à proximité. C’est gratifiant de constater, à travers les témoignages, l’utilité et plus encore, la crucialité de cette démarche, qui nous anime tous », relève Frédéric Poinas.